Dernières infos!

SIEGE DE L’UPG : MBOUMBA NZIENGUI ET LES SIENS PRENNENT POSSESSION DES LIEUX

PDFImprimerEnvoyer

 

 altC’est en présence d’un huissier de Justice que monsieur Mathieu Mboumba Nziengui, Secrétaire Exécutif de l’Union du Peuple Gabonais, entouré de monsieur Olivier Koumba Mboumba, Secrétaire Général par Intérim, monsieur Kisito Mouloungu’Ibouangue, Secrétaire Politique à la Jeunesse, monsieur Antoine Moumbeki, membre du Conseil du Secrétariat Exécutif, monsieur Dieudonné Mboumba, Délégué Communal Port-Gentil, madame Christine Moussounda Moussadji, Vénérable Sénateur, membre du Conseil, madame Yolande Nongou, Secrétaire Particulière, monsieur Raphaél Mavoungou, Permanent National, a réintégré les locaux de l’Union du Peuple Gabonais le mercredi 09 septembre 2015 après une longue absence due à l’attitude belliqueuse affichée par Moubamba et les siens dont le siège était devenu leur maison d’habitation. C’est la suite logique de l’expulsion ordonnée par le tribunal de Libreville. Malgré les menaces des partisans de Moubamba, rien n’a entamé la détermination de Mboumba Nziengui qui a affirmé que trop c’est trop et que force doit rester à la loi.

altDepuis les premiers procès jusqu’à ce jour, Mboumba Nziengui vole de victoire en victoire mais a le triomphe modeste. Ce qu’il faut retenir de tout cela ce que lorsqu’on a le droit de son coté, on n’a pas besoin de faire dans la gesticulation. Les Moubamba et consort ont bien constaté que Mboumba Nziengui n’a pas cédé aux comportements belliqueux qu’ils ont affiché tout au long de cette affaire. Devant l’argument de la force vers laquelle ils voulaient le conduire, il a répondu par la force de l’argument. Comme quoi on n’a pas besoin de crier le plus fort pour avoir raison. Moubamba et les siens l’ont appris à leur dépens. 

Le Secrétaire Exécutif fera dans les tout prochains jours, une importante déclaration.


                                                                                                          Communication UPG

 
 

DECLARATION DE L'UNION DU PEUPLE GABONAIS

PDFImprimerEnvoyer

 

Mesdames et Messieurs

Chers militantes et  militants

 alt

Depuis le décès ; le 15 octobre 2011 du Président Fondateur Pierre Mamboundou, l’Union du Peuple Gabonais traverse une crise sans précédent marquée par des divisions internes.

Cette situation nous a conduit à saisir les tribunaux afin de trancher sur les différends qui nous opposent à monsieur Bruno Ben Moubamba et à monsieur Jean de Dieu Moukagni Iwangou.

S’agissant de monsieur Bruno Ben Moubamba, le 28 mars 2015 une assemblée générale s’était tenue à son initiative malgré sa suspension des fonctions de Secrétaire Général et de Secrétaire Politique chargé de la Communication et de l’Economie Numérique.

Prétendant agir au nom et pour le compte de l’Union du Peuple Gabonais (UPG), ladite assemblée générale avait d’une part destitué monsieur Mathieu Mboumba Nziengui de ses fonctions de Secrétaire Exécutif et avec lui l’ensemble des membres du Conseil du Secrétariat Exécutif, et d’autre part de confier provisoirement la direction du parti à une entité dénommée « Commission d’Organisation du Premier Congrès Ordinaire de l’UPG ».

Profitant de cette situation, monsieur Bruno Ben Moubamba alors suspendu de ses fonctions pour une durée de six mois par décision n 01/UPG/CSE du 24 mars 2015, avait cru bon d’assiéger  les locaux du Parti.

Au regard des dispositions de l’article 91 du Règlement Intérieur de l’UPG : tout membre suspendu est provisoirement rayé des effectifs du Parti.

Le 8 avril 2015 monsieur Mathieu Mboumba Nziengui assisté de Me Moutsinga Avocat au Barreau du Gabon a attrait devant le juge de référé du tribunal de première instance de Libreville monsieur Bruno Ben Moubamba assisté Me Gisèle Eyue.

Dans sa délibération le juge de référé avait ordonné la cessation des troubles par l’expulsion de ce dernier si besoin avec l’assistance de la force publique et ordonné l’exécution sur minute et avant tout enregistrement de ladite ordonnance nonobstant toute voie de recours.

En date du 16 avril 2015 l’huissier de juste a fait exécuter ladite ordonnance. Quelques heures plus tard monsieur Bruno Ben Moubamba et les siens ont réintégré le siège du Parti en détruisant les serrures placées par l’huissier de justice.

Informé de la situation monsieur Mathieu Mboumba Nziengui a introduit une plainte auprès du parquet de Libreville contre monsieur Bruno Ben Moubamba pour s’être opposé à l’ordonnance du juge de référé.

Le jeudi 16 juillet 2015 le parquet de Libreville conformément à l’ordonnance du juge de référé du 10 avril 2015 a ordonné à monsieur Bruno Ben Moubamba et les siens de libérer le siège de l’UPG.

En outre, à la suite de la décision du juge de référé du 10 avril 2015, monsieur Moubamba, comme c’est son droit, a saisi la Cour d’Appel pour une défense à exécution de l’ordonnance qui demandait son expulsion du siège de l’UPG. La décision rendue par la Cour d’Appel est sans équivoque : elle a confirmé l’expulsion de monsieur Moubamba des locaux de l’UPG, même s’il fait croire le contraire à ses partisans.

Par ailleurs la qualité de Président de l’UPG dont se gargarise monsieur Moubamba, élu lors d’un congrès organisé à la hussarde, lui a été déniée par la justice. En clair il a été interdit de s’exprimer en qualité de Président de l’Union du Peuple Gabonais. En cas de non respect de la décision de justice, monsieur Moubamba court le risque d’être poursuivi pour usurpation de titre et de qualité.

S’agissant de monsieur Moukagni Iwangou, la Cour d’Appel de Libreville, par ordonnance en date du 29 juin 2015 a confirmé l’ordonnance du juge de référé du tribunal de première instance de Libreville qui lui dénie la qualité de Président de l’UPG.

Nous invitons tous les militants et sympathisants de l’Union du Peuple Gabonais à garder leur sérénité et surtout à être attentifs aux appels du parti qui annoncera un certain nombre de mesures dans les toutes prochaines semaines.


                                                                           Fait à Libreville, le 27 aout 2015

 

                                                                           Le Secrétaire Général par Intérim

                                                                           Olivier KOUMBA MBOUMBA

 
 

Gabon : Libreville accueille le forum 2015 sur l’Agoa

PDFImprimerEnvoyer

 

« Agoa 15 ans : pérennisaalttion du partenariat pour le commerce et l’investissement entre les Etats-Unis et l’Afrique », tel est le thème de cette 14e édition du forum international de l’Agoa (African Growth and Opportunity Act) qui se tient à Libreville, au Gabon, dès ce lundi 24 août jusqu'au 27 août. L’Agoa est une loi américaine votée, en mai 2000, par le Congrès américain, sous l’égide du président Bill Clinton. Elle permet aux pays de l’Afrique subsaharienne d’exporter plus de 5 000 produits aux Etats-Unis sans frais de douane.

Ce programme vise ainsi à promouvoir le commerce et les investissements entre les Etats-Unis et l’Afrique subsaharienne, à encourager le développement économique et les reformes en Afrique, favoriser un accès et des possibilités accrues pour les investisseurs et les entreprises en Afrique subsaharienne et supprimer les contingentements au textile et aux vêtements en provenance d’Afrique subsaharienne. Il vise également à encourager la diversification de l’économie dans les pays les plus pauvres d’Afrique ainsi que le recours à l’assistance technique pour consolider les reformes et le développent économique sur le continent. Cependant, pour nombre d'observateurs, l'instauration de l'Agoa avec l'Afrique arrive tardivement.

Pour nombre d'analystes, les États-Unis cherchent – avec l’Agoa - à rattraper au plus vite ceux qui exploitent déjà le potentiel économique de l’Afrique.

Alors que la Chine s’est profondément ancrée sur le continent, que l’Europe essaye d’y protéger ses intérêts et que l’Inde ainsi que le Japon y réalisent d’importantes incursions, les États-Unis étaient en marge d'un continent destiné à devenir l’un des leaders de la croissance économique mondiale dans les années à venir. Désormais, le changement de stratégie est de mise. Les États-Unis incitent eux aussi leurs entreprises, notamment les multimilliardaires, à investir sur le continent.

Néanmoins, l'Agoa n'a pas encore profondément transformé l'économie du continent africain, un continent à la recherche d’impacts immédiats sur les créations d’emplois et l’éradication de la pauvreté ainsi que sur des marchés pour ses produits. Il faudra notamment plusieurs années pour que les avantages de ces accords puissent être ressentis.

D'ailleurs, si la plupart des dirigeants africains soutiennent que l’Agoa est la meilleure option pour accroître les échanges commerciaux entre le continent et les États-Unis, ils n’apprécient pas les incertitudes du traité et ses limitations. Pour eux, en effet, si le traité avait été prorogé d’au moins quinze ans (au lieu de dix), les investisseurs ne seraient plus réticents à investir sur le continent parce qu’ils auraient tout le temps de récupérer leurs investissements.

Quinze ans après, l'accord a-t-il atteint ses objectifs ?

Qualifiée de pierre angulaire de la politique commerciale des États-Unis en Afrique, l'Agoa a certes dynamisé les exportations non pétrolières du continent, mais son impact et ses bénéfices sont encore minimes. Pire que cela, seule une poignée de pays dominent les échanges, à savoir le Nigeria, l’Angola et l’Afrique du Sud. A eux seuls, ces trois pays concentrent la quasi-totalité des exportations africaines vers les États-Unis et vice-versa.

Pour la Commission de l’Union africaine, « l’utilisation des avantages nés de l’Agoa n’a pas été optimisée », ce que reconnaît d'ailleurs le représentant américain au Commerce. Et puis, beaucoup jugent que l’Agoa nécessite de plus larges modifications afin que le marché américain s’ouvre davantage aux exportations de produits non pétroliers et non vestimentaires.

Il faut dire que l'instauration de cet accord, outre le pétrole, les textiles et les produits manufacturés, très peu d’autres secteurs ont tiré profit du traité. Or, s’il est un secteur qui a désespérément besoin d’accéder à de nouveaux marchés, c’est bien le secteur de l’alimentation et de l’agriculture, mais accéder au marché américain dans le cadre de l’Agoa est extrêmement difficile. Outre la question des normes sanitaires, les États-Unis sont déterminés à protéger leurs fermiers par des subventions. Pour l'Union africaine, les États-Unis peuvent aider le secteur agricole africain en autorisant l’accès en franchise de droits aux produits actuellement exclus de l’Agoa, tels que le sucre, le tabac et le coton.

 
 

Moubamba et les siens une fois de plus chassés du siège de l'UPG

PDFImprimerEnvoyer

Le 16 avril 2015, en applicaltation d'une ordonnance du juge de référé rendue le 10 avril 2015 à la suite d'une plainte pour cessation de trouble déposée par le Secrétaire Exécutif de l'Union du Peuple Gabonais monsieur Mathieu Mboumba Nziengui contre monsieur Bruno Ben Moubamba, Secrétaire Général suspendu , monsieur Moubamba et les siens avaient été expulsés des locaux de l'Union du Peuple Gabonais. Contre toute attente, monsieur Moubamba dans son élan de vouloir défier la justice de notre pays a detruit les serrures placées par l'Huissier de Justice afin de réintegrer le siège du parti, pretextant qu'il avait interjeté appel; ignorant que son pourvoi en appel n'était pas suspensif de la décision du juge de référé.

Devant la gravité de la situation, le Secrétaire Exécutif a saisi le parquet qui, après avoir examiné le dossier par les procédures accoutumées, a confirmé l'expulsion de sieur Moubamba et les siens du siège de l'UPG. Le 25 aout 2015, soit quatre mois après la première expulsion, Monsieur Moubamba et les siens ont été à nouveau expulsés du siège de l'UPG par la force publique conformément à la loi.

C'est l'épilogue d'une situation qui aura duré près de six mois. Les ambitions de certains militants ne peuvent malheureusement pas etre au dessus de la loi et n'ont donc pas eu raison de Mboumba Nziengui.

                            

                                                                                                                          Communication - UPG

 

 

 
 

Moubamba et les siens déboutés

PDFImprimerEnvoyer

 altLe Tribunal de Première Instance de Port-gentil a vidé le contentieux relatif à l'affaire qui opposait sieur AMALE Jean De Dieu (partisan de mr MOUBAMBA) aux sieurs IBWENDZI BEMBA Sylvers et POUABOU MPIRA Gaston (vaillants militants de l'UPG et partisans des autorités légales du parti dont MBOUMBA NZIENGUI Mathieu, Secrétaire Exécutif).

A titre de rappel, sur instructions de son menthor Bruno Ben MOUBAMBA, sieur AMALE avait saisi le juge de référé pour solliciter la cessation de trouble que lui causaient les sieurs IBWENDZI BEMBA Sylvers et POUABOU MPIRA Gaston qui se s'étaient illustrés dans un comportement manifestement illicite en barricadant et fermant les portes du sièges, en expulsant le Permanent dudit siège sans qu'il n'est pu percevoir son perdième et en empechant certains militants d'y accéder.

Après la cloture des débats, l'affaire mise en délibéré pour le 22 mai 2015 a donné les conclusions suivantes:

- il n'existe en l'état du dossier aucun trouble quant au fonctionnement du siège de l'Union du Peuple Gabonais (UPG);

- en conséquence déboute Sieur AMALE Jean De Dieu de sa demande;

- le condamne aux dépens.

Comme vous le constatez, les malheurs de MOUBAMBA ne font que commencer.

 
 

Page 5 sur 6

  • Membres exécutifs de l'UPG

  • Informations

  • Dieudonné Mboumba
  • Antoine MOUBEMBKI
  • Christine MOUSSOUNDA MOUSSADJI
  • Kisito Moulounguiibouanga
  • Olivier koumba Mboumba
  • JULDAS NGOJOU-BISSIELOU
  • Mathieu Mboumba Nziengui

Pierre Mamboundou

Image 1
Image 2
Image 3
Image 4
Image 5
Image 6
Image 7

Derniers Evènements

Aucun évènement prévu pour le moment.

UPG-Evènements

Avril 2017
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30

Nombre de visites

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
3
Hier :
82
Semaine :
149
Mois :
5650
Total :
20274
Il y a 3 utilisateurs en ligne
-
3 invités