La vie du parti

LA CULTURE, LES ARTS ET LE SPORT

PDFImprimerEnvoyer

LA CULTURE, LES ARTS ET LE SPORT VUS PAR L’UPG

 Un pays, son identité et son référentiel résident dans sa culture. Celle-ci sematérialise à travers la langue, les arts, les arts plastiques et/ou culinaires.Il est par conséquent impérieux de pérenniser les repères culturels, d’en fairela promotion aux fins de les transmettre aux générations futures.Pour ce faire, 1’ Etat à travers des structures idoines, devra transcrire en vuede leur conservation tous les vecteurs, sources d’identité culturelle, notamment leslangues nationales.

1- La culture

Le Gabon n’ayant pas une langue nationale et utilisant comme véhicule unelangue étrangère, entend affirmer son identité culturelle, la spécificité gabonaise etenvisage de:

-          développer les langues nationales pour favoriser la communication entreles groupes ethniques du Gabon et en faire des moyens d’instruction,d’éducation et de formation;

-          inventorier tous les vecteurs de la culture gabonaise en vue de leurconservation et de leur diffusion;

-          engager une démarche auprès des musées internationaux et desinstitutions culturelles internationales en vue de la restitution des œuvreset des objets d’arts partie intégrante du patrimoine culturel de notre pays ;

-          créer des centres de documentation, et de la culture.

2- Les arts

Les cultures comportant désormais les aspects industriels, un inventairesystématique devrait être effectué de l’art gabonais pour sa valorisation, sonenseignement, sa promotion. Une mesure de vulgarisation et de valorisation duvillage artisanal sera prise pour développer l’art gabonais dont la diversitéconstitue un gisement très important. Cette expérience devrait être étendue à toutesles provinces.

A cet effet, l’école nationale d’art et de manufacture doit être revitalisée.L’expérience de la pierre de Mbigou constitue un exemple intéressant.Pour inciter les Gabonais à se lancer dans les œuvres de l’esprit, legouvernement doit mettre en place une politique de protection des inventions, desartistes, des arts.

Les auteurs des œuvres de l’esprit doivent par ailleurs vivre de leur artnotamment par la perception des droits d’auteurs: une structure pour ce faire doitêtre pensée et réalisée en relation avec eux.

S’agissant des vecteurs des œuvres de l’esprit, les moyens decommunications doivent consacrer des plages horaires pour faire leur promotion.

Une politique du livre et de l’édition doit être élaborée pour permettre laconservation et la pérennisation de toutes les œuvres littéraires, et partantl’encouragement des Gabonais à écrire.

 


                                                                                              La Rédaction

 
 

Dialogue National

PDFImprimerEnvoyer

   « NOUS IRONS AU DIALOGUE »

                               (Dixit Jean Olivier KOUMBA MBOUMBA, Secrétaire Général de l’UPG)

 

alt

Le Gabon abrite dans quelques semaines, à Libreville notamment, le dialogue inclusif voulu par le Président de la République, Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba. Cette rencontre politique d’envergure qui se tient après l’élection présidentielle d’Août 2016 réunira toute la classe politique gabonaise.

 A l’Union du Peuple Gabonais, où l’on n’est conscient de la crise socio-politique et économique qui gangrène le pays en dépit des efforts du gouvernement, l’idée d’une telle rencontre ayant pour objectif d’explorer des pistes de sortie de crise est partagée au sein de cette formation politique de l’opposition dirigée par Mathieu MBOUMBA NZIENGUI.

 Pour la hiérarchie de l’Union du Peuple Gabonais, il s’agira au cours de ces assises de parfaire notre jeune démocratie en procédant à une refonte institutionnelle, tout comme il sera abordé et régler  les questions liées aux élections, gage d’un apaisement politique.

 Un bref rappel historique s’impose pour justifier la participation du parti de feu Pierre MAMBOUNDOU à cette messe politique qui n’est pas de trop, d’autant que dans nos us et coutumes, lorsqu’un palabre survient entre deux protagonistes, c’est au corps de garde que celui-ci est réglé. Tout ceci pour faire un lien avec  les accords d’Arambo organisés à l’actif du Président Pierre MAMBOUNDOU, après la rencontre historique de 2006 entre lui et Omar Bongo Ondimba.

 De cette rencontre qui a aboutie au dégèle politique à cette époque-là, est née la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente, à laquelle s’ajoutaient d’autres acquis comme l’enveloppe accolée et partiellement la biométrie.

 La démocratie étant une œuvre de longue haleine, l’Union du Peuple Gabonais par la voix de son Président Mathieu MBOUMBA NZIENGUI, estime que cette rencontre politique à laquelle il souscrit, est l’occasion d’obtenir des acquis supplémentaires afin d’améliorer le processus électoral gabonais.

 

                                                                                                          Jean Corneille  

 
 

Rédynamisation du Parti

PDFImprimerEnvoyer

 L’Union du Peuple Gabonais s’organise

altDans son ambition d’élargir sa base, mais surtout de faire entendre sa voix dans toutes les sphères de la République, notamment à l’Assemblée Nationale, l’Union du Peuple Gabonais se donne aujourd’hui pour objectif de s’octroyer, au terme des législatives de juillet 2017, un groupe parlementaire. D’où la récente descente de Port-Gentil du Secrétaire Général de cette formation politique Jean Olivier KOUMBA MBOUMBA. 

Le Secrétaire Général de l’Union du Peuple Gabonais, qu’accompagnaient plusieurs Secrétaires Politiques, a communié dernièrement avec la Coordination Provinciale de l’Ogooué-Maritime. Cette sortie, organisée sous forme de rentrée politique, était placée sous le sceau de la relance des activités et de  la reconquête du terrain.

Une occasion pour Jean Olivier KOUMBA MBOUMBA d’appeler les militants à l’unité pour redynamiser la base du parti, les élections législatives pointant à l’horizon.

«  En invoquant Pierre MAMBOUNDOU, Président-Fondateur de l’Union du Peuple Gabonais, nous ses enfants politiques devrions démontrer notre capacité à se renouveler, à se réinventer, à se tourner vers l’avenir et à faire preuve d’audace dans nos choix politiques au tour de Mathieu MBOUMBA NZIENGUI le président de l’UPG », a-t-il indiqué, tout en  recommandant aux upégistes de l’île Mandji de faire preuve de responsabilité, de dignité, mais aussi de fidélité aux valeurs essentielles du parti. »

Pour l’orateur, l’UPG est un parti de gouvernement. A ce titre, il doit marquer sa présence dans toutes les sphères de la République à défaut d’occuper le fauteuil présidentiel. Pour y parvenir, Jean Olivier KOUMBA MBOUMBA, ainsi que les responsables locaux du parti qui se sont succédés sur le pupitre, ont à l’unanimité prôné l’entente et la cohésion. << Vous devriez engager toutes vos forces pour restaurer la cohésion des upégistes dans votre circonscription politique, afin de permettre aux militantes et militants de rêver pour notre parti, et de faire du rêve une réalité. C’est pourquoi je vous invite, a-t-il poursuivi, à occuper le terrain afin de dénicher les porteurs d’ambitions pour les futures consultations électorales. »

Abordant la question liée au dialogue inclusif voulu par le Président de la République, Chef de l’Etat Ali BONGO ONDIMBA, le Secrétaire Général de l’Union du Peuple Gabonais s’est fait fort, sans langue de bois, d’expliquer aux Port-Gentillais la nécessité de prendre part à cette rencontre politique, avant d’obtenir leur onction. Jean Olivier KOUMBA MBOUMBA assoit son argumentaire sur les prises de position d’alors de Feu Pierre MAMBOUNDOU, à l’origine il y a dix ans du dégèle politique, lequel dégèle avait décrispé  l’atmosphère  très tendue en 2006.

altCe dégèle, a-t-il rappelé, avait donné lieu à une grande rencontre de la classe politique. Celle-ci  avait débouché sur les accords d’Arambo. Ces accords, à en croire le Ministre Délégué à l’Economie Numérique, à la Communication Chargé de la Culture et des Arts, ont permis d’obtenir des acquis comme l’enveloppe accolée et la copie des procès-verbaux des résultats de l’élection à remettre à chaque représentant de candidat après le dépouillement dans chaque bureau de vote et la biométrie. Ces trois éléments, affirme le membre du Gouvernement, ont permis de franchir un pas vers la transparence électorale. En dépit des discussions que Pierre MAMBOUNDOU avait eues, ce dernier n’a jamais retourné sa veste. Donc, malgré la présence de l’Union du Peuple Gabonais au gouvernement, le natif de Ndendé  reste ferme et réaffirme l’ancrage de l’UPG dans l’opposition.


Après Port-Gentil, l’Union du Peuple Gabonais compte déposer ses valises dans d’autres localités du pays.

                                                                                                                                                                                                          Jean Corneille

 
 

L'UPG sur les réseaux sociaux

PDFImprimerEnvoyer

Lu pour vous sur Gabonreview

altI - Passage du Secrétaire Général de l'UPG, Porte-Parole du parti à l'émission "l'Invité de Gabon Télévision"

«En dépit de sa présence au gouvernement, l’UPG reste un parti d’opposition», dixit Koumba Mboumba

Publié par Gérald Mounomby dans POLITIQUE sur mardi 17 novembre 2015

Sur l’émission «L’Invité de Gabon Télévision», la semaine dernière, le secrétaire général de l’Union du Peuple Gabonais a, sans aucune ambiguïté, affirmé que son parti demeure dans l’opposition.

Jean-Olivier Koumba Mboumba (archive). © upg-ga.com

Jean-Olivier Koumba Mboumba a très peu usé de la langue de bois si familière aux hommes politiques. Il a affirmé, par exemple, que c’est Pierre Mamboundou qui avait remporté les élections de 1998, 2005 et 2009. De même, il a estimé que la biométrie utilisée actuellement lors des scrutins électoraux est «une biométrie a minima, parce que ne comportant ni processus d’authentification, ni interconnexion». 

«L’invité de Gabon Télévision» à laquelle a participé Jean-Olivier Koumba Mboumba, la semaine dernière, a été, de l’avis d’un grand nombre d’observateurs, «un grand moment de rafraîchissement intellectuel». Bien que l’invité ait été un homme politique, on n’a pas eu droit, selon un universitaire, à «un trop grand usage de la langue de bois». Le secrétaire général de l’UPG a répondu aux questions qui lui étaient posées par un «langage de vérité», selon l’expression d’un journaliste de La Nouvelle Expression ayant suivi l’émission. A l’une d’elles, il a répondu que son parti restait ancré dans l’opposition, en dépit de la présence, au gouvernement de la République, de son secrétaire exécutif, Mathieu Mboumba Nziengui. Celui-ci occupe, en effet, depuis le 13 septembre dernier, le poste de ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, de l’Entreprenariat Agricole, chargé de la Mise en œuvre du programme Graine. «Nous restons un parti d’opposition, nous n’avons pas signé la Charte des Partis de la Majorité» républicaine et sociale pour l’Emergence !

S’il a appelé à un dialogue qu’il estime nécessaire entre les différentes forces politiques, «parce qu’il faut que les gens se retrouvent et discutent», il a toutefois estimé, à l’instar des partis de la majorité, que ce dialogue doit se dérouler au Conseil national de la Démocratie (CND). «Le CND est le lieu indiqué pour le dialogue», a-t-il souligné.

Par ailleurs, un observateur a également noté que les communiqués finaux du Conseil du secrétariat exécutif de l’UPG-Awendjé (instance dirigeante du parti) restent assez objectifs sur la situation politique, économique et sociale du Gabon. L’UPG s’était par exemple offusqué de l’arrestation des commerçantes – dénudées – et avait demandé leur libération pure et simple. Maintenant, il reste à Jean-Olivier Koumba Mboumba à expliquer aux militants et sympathisants qu’un parti politique peut participer à l’action de l’exécutif et se dire de l’opposition.


II - Déclaration du Secrétaire Général de l'UPG, Porte-Parole du parti au sujet de Jean de Dieu Moukagni Iwangou sur Gabon Télévision

A huit mois de la présidentielle : Guerre de chefs à l’UPG

Publié par Griffin Ondo Nzuey dans POLITIQUE sur vendredi 15 janvier 2016 à 2:34

La querelle des leaders de l’Union du peuple gabonais (UPG) a refait surface, avec la récente sortie du secrétaire général de cette formation politique.  

Si l’on avait désormais consenti à accepter l’existence, au sein de l’Union du peuple gabonais (UPG), de trois voire de quatre ailes distinctes, avec celle dite «loyaliste» de Jean de Dieu Moukagni-Iwangou, «légaliste» présidée par Bruno Ben Moubamba, celle de Mathieu Mboumba Nziengui et celle de ceux qui, comme Aimé Nzamba, ne croient plus en aucun des trois leaders mais plutôt en Jean Ping, la querelle de leadership couve toujours. A huit mois de la présidentielle à venir, c’est la récente sortie de Jean-Olivier Koumba Mboumba qui a remis le feu aux poudres. A en croire ses contempteurs, l’appartenance du président de l’aile des «loyalistes» au parti fondé par Pierre Mamboundou est douteuse. Selon le secrétaire général de l’aile présidée par l’actuel ministre de l’Agriculture, «Moukagni-Iwangou n’a jamais fait acte d’adhésion à l’Union du peuple gabonais, comme le recommandent les articles 6 et 7 de nos statuts, et les articles 1, 2 et 101 de notre règlement intérieur. Il n’a donc jamais été membre de l’UPG mais à tout le moins sympathisant».

Au siège d’Awendjé, dans le 3e arrondissement de Libreville, après le débarquement de Bruno Ben Moubamba, l’on s’en tient à la «vérité» selon laquelle, il n’existe qu’une seule UPG, dont le responsable est Mathieu Mboumba Nziengui. Du point de vue cette aile-là, Jean de Dieu Moukagni Iwangou n’a toujours pas le droit de parler au nom de l’UPG, d’autant que son congrès avait été attaqué en justice par le secrétaire exécutif du même parti, en faveur duquel l’ordonnance de jugement rendu avait été établi. «Il le sait, lui, en tant que juriste et ancien magistrat. Sauf si les décisions qu’il rendait à la belle époque obéissaient à d’autres critères que ceux édictés par la loi», a ironisé le secrétaire général. «Les élections présidentielles comme législatives pointant à l’horizon, il est peut-être grand temps que Moukagni-Iwangou et ses partisans songent à créer leur formation politique, au lieu de faire dans la diversion. Car, ne sera investi candidat de l’UPG que celui qui aura sa fiche de candidature signée du secrétaire exécutif, Mathieu Mboumba Nziengui», a lancé Jean-Olivier Koumba Mboumba, alors que le président de l’UPG-loyaliste a annoncé l’organisation d’un congrès en mars prochain afin de désigner le candidat de l’UPG à la candidature du Front. Bataille d’egos, toujours et encore…

 

 
 
  •  
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  4 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  •  

Page 1 sur 4

  • Membres exécutifs de l'UPG

  • Informations

  • Dieudonné Mboumba
  • Antoine MOUBEMBKI
  • Christine MOUSSOUNDA MOUSSADJI
  • Kisito Moulounguiibouanga
  • Olivier koumba Mboumba
  • JULDAS NGOJOU-BISSIELOU
  • Mathieu Mboumba Nziengui

Pierre Mamboundou

Image 1
Image 2
Image 3
Image 4
Image 5
Image 6
Image 7

Derniers Evènements

Aucun évènement prévu pour le moment.

UPG-Evènements

Avril 2017
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30

Nombre de visites

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
1
Hier :
82
Semaine :
147
Mois :
5648
Total :
20272
Il y a 1 utilisateur en ligne
-
1 invité